Vous êtes sur le site personnel de Marc Poelmans aucune image ne peut être utilisée sans l'autorisation du webmaster
visiteurs depuis septembre 2002 --

     
Visé- le 20e siècle
de 1950 à 1975

Vous entendez la Marche des Para-commandos suivie de celle des Parachutistes belges de Pierre Leemans par la Musique Royale des Guides.
Pierre Leemans (en néerlandais : Pieter Leemans ) (1897–1980) est un musicien et compositeur de musique classique belge.
Il a travaillé sur de nombreux genres et notamment sur la musique chorale et orchestrale, la musique de film mais il est surtout connu pour ses marches : la Marche des commandos et la Marche des parachutistes belges.

Home / Sommaire histoire Vers 1944 le débarquement et la libération Vers le 20e siècle de 1975 à 2000 dernière mise à jour:21/03/17

Depuis la guerre, la compagnie n'a jamais cessé ses activités

1950, la guerre oubliée

Depuis la fin de la guerre, un autre conflit plus latent perdure qu'on appelera la Guerre Froide, entre le bloc communiste et les autres, alliés des USA
Le seul véritable affrontement sera la guerre de Corée de 1950 à 1953.
A la suite de la seconde guerre mondiale, la Corée, qui avait été envahie par le Japon depuis 1910, sera divisée en deux ; Corée du nord qui sera alliée de la Chine et de l'URSS qui y installe des forces d'occupation et donc communiste, et la Corée du Sud, qui instaurera un régime capitaliste et où les USA installeront aussi des forces armées.

L'échec de tenue d'élections libres dans la péninsule en 1948 aggrava la division entre les deux côtés.
Le 38e parallèle devint une frontière politique entre les deux pays divisés.
Des négociations pour la réunification continuèrent dans les mois précédant la guerre mais sans succès et les tensions s'intensifièrent.
Des escarmouches et des raids inter-frontaliers étaient fréquents jusqu'à l'escalade et une véritable guerre quand les forces du Nord envahirent le Sud le 25 juin 1950.

La même année, l'URSS boycotta le Conseil de sécurité de l'ONU qui en l'absence d'un veto soviétique, passa une résolution autorisant une intervention militaire en Corée, suivant les USA et d'autres pays alliés.
Le sud repoussa le nord au delà du 38e parallèle jusqu'à l'intervention de la Chine.
Les soviétiques, bien que n'intervenant pas ouvertement dans le conflit, approvisionnèrent le nord..

Le 27 juillet 1953, un armistice fut signé établissant la frontière au 38e parrallèle.

Les tensions entre les deux pays existent encore au 21e siècle avec une Corée du nord pauvre aux mains d'un dictateur et une Corée du Sud riche.

Le béret brun s'orne d'un insigne qui symbolise les deux communautés belges:
un goedendag* pour les Flamands et une francisque pour les Wallons.

La croisade que les Volontaires allaient accomplir est concrétisée par un heaume de chevalier brabançon et par un écu frappé du Lion Belgique

Le badge Belgium orne ma manche du blouson.

*
Improprement car il s'agit en fait d'une masse d'arme, souvent confondue avec le goedendag qui était en fait une pique.


Insigne de béret des volontaires luxembourgeois
Régiment Charlotte

On l'oublie mais des belges participèrent au déploiement des force onusiennes.
Drapeau du BUNC luxembourgeois
En quatre années de présence sur place, plus de 3.000 volontaires belges et luxembourgeois ont pris part au combat, aidés de près de 150 sud-coréens.
Une véritable fraternité d’armes est née entre les trois nations, qui perdure encore aujourd’hui.

Répondant à  l’appel des Nations Unies, comme la Constitution Belge interdit l'envoi de miliciens sur des théâtres d'opérations hors frontières, le gouvernement décida la formation d'une unité de volontaires de la force d'un bataillon d'infanterie.
Plus de 2000 candidats ont été examinés aux centres de sélection de Gand et de Namur et c'est le 18 septembre 1950 que les Officiers et les Sous-officiers arrivèrent au Centre des Commandos de Marche-les-Dames pour y subir un premier et rude entraînement.
Le KaminaL'effectif prévu du bataillon de 900 hommes ne fut jamais atteint. Il se composait de volontaires, de soldats de carrière et de réservistes. En Corée le bataillon fut renforcé progressivement de soldats indigènes.
Le 2 octobre, les volontaires agréés, au nombre de +/- 700 rejoignirent le camp de Bourg-Léopold et le 7 octobre, l'unité de régime linguistique bilingue-un bataillon à l'organisation légèrement modifiée- reçut la dénomination de "Corps de Volontaires pour la Corée" .
En Corée, le commandement américain le baptisera BUNC, Belgian United Nations Command.

Peu après, le bataillon belge fut rejoint par un peloton constitué de Volontaires du Grand-Duché de Luxembourg .

Le 18 décembre 1950, le navire de transport Kamina, parti depuis le 11 novembre, débarque à Busan : à bord se trouve le bataillon belgo-luxembourgeois, composé de quelque 700 volontaires.

Durant cette guerre, le BUNC (Belgian United Nations Command) se distingue lors de combats violents, dont les batailles de l'Imjin, d'Haktang-Ni ou encore de Chatkol sont encore gravées dans la mémoire des vétérans.

Le bataillon belgo-luxembourgeois fut incorporé: au 1er Corps US, à la 3ème Division US (Roc de la Marne), à la 1ère Division de Cavalerie US, à la 29ème Brigade britannique.

1st US Corps USA 1st US Corps USA 1st Cavalry USA 3rd Division USA 15th Infantry Rgt USA

29th Infantry Brigade GB

O.N.U

1st US Corps USA 1st Cavalry USA 3rd Division USA 15th Infantry Rgt USA 29th Infantry Brigade GB

Belgians Can Do Too !
Belgians Can Do Too! était le slogan inscrit sur le pare-brise de la jeep de l’aumônier de l'unité, le père Vander Goten, durant la bataille du triangle de fer.
Voyant l'épuisement des troupes, l'aumônier recopia la devise du 15e régiment d'infanterie US, "Can do",
aux côtés desquels les belges combattaient pour tenter de leur remonter le moral
Berugis number one
C'est ainsi que les Coréens appelaient les belges dont ils admiraient le courage.

Les Bérets Bruns livrèrent toutes leurs opérations offensives et défensives sur un terrain très secoué, sous un climat difficilement supportable avec des étés brûlants et poussiéreux, des hivers extrêmement rigoureux, des averses ininterrompues, de jour comme de nuit et l’envahissante et omniprésente boue de la mousson.
L’ennemi était fanatique, bien plus nombreux que les troupes alliées, mieux adapté au climat et coutumier des opérations de nuit ce qui exigeait des Belges une résistance psychique et physique exceptionnelle.
3171 Belges et 78 Luxembourgeois servirent en Corée.


Dans un premier temps, le bataillon belgo-luxembourgeois mène des actions de guérilla dans la région de WAEGWAN, puis, à côté de la 29e brigade britannique, participe aux durs combats de l'IMJIN et de l'HANTAN-GANE face à la 63e Armée chinoise, avant de se retirer en bon ordre.
Le major MOREAU de MELEN, qui fut Ministre de la Justice (1948) et Ministre de la Défense Nationale (1950) s'y illustra particulièrement à la tête d'une petite unité de chars du 7 Rgt US, le 23 avril 1951, et lors du passage de l'IMJIN le 4 août 1951.
Le CVC, se conduisit vaillamment à "BROKEN ARROW" en octobre 1951 et à KOJAKKOL (fin 1951).
En février 1952, le lieutenant-colonel VIVARIO prend le commandement du bataillon.
Les missions dévolues à celui-ci alternent en montées en ligne et missions de réserve.
Rondes, patrouilles de reconnaissance et patrouilles de combat sont au menu quotidien.
Un an plus tard, c'est le lieutenant-colonel GATHY qui assure le commandement, lors de violents accrochages sur la position de CHATKOL.

Drapeau du BUNC luxembourgeoisLe Luxembourg avait décidé de s'engager militairement dans la guerre de Corée

Le premier contingent luxembourgeois comptant 43 volontaires, fut commandé par le Lieutenant Jos WAGENER .

Il était rattaché comme 3e peloton à la compagnie A.
Les sous-officiers suivants étaient de la partie : l'adjudant Walter STEFFEN, les sergents-chefs Robert MULLER et Aloyse FRANK et le sergent Louis PETERS.
Ce 1er contingent resta jusqu'au 30 septembre 1951.
Drapeau du BUNC luxembourgeois

Stèle à AttertLe 2eme contingent luxembourgeois sous le commandement du Lieutenant Rudy LUTTY, était composé de 46 volontaires.
Il prenait la relève le 24 mars 1952 et il devait rester jusqu'au début de 1953.
Les sergents Robert FEIEREISEN, Jos STURM, Ernest GOLDSCHMIT, Robert MORES, Eugène JANS et Robert HATTO constituaient le cadre sous-officier.

Le drapeau luxembourgeois porte les mêmes citations que le belge: IMJIN - HAKTANG-NI - CHATKOL - CORÉE 1950-1953
et les citations coréenne et américaine.
Citation Corée Citation USA
Luxembourg Armed Forces - Relations Publiques Etat-Major de l'Armée , B.P. 1873, L-1018 LUXEMBOURG Tel: (00352) 26848-214 Fax: (00352) 26845-606 info@armee.lu

Après l’armistice du 27 juillet 1953, remplissant un rôle humanitaire d'aide aux populations, le BUNC reste sur place jusqu’au 15 juin 1955 date à laquelle les derniers éléments rentreront au pays.

3.587 Bérets Bruns se portèrent volontaires pour la guerre de COREE.
Parmi eux, il y avait 69 commandos brevetés.

3171 volontaires belges et 78 luxembourgeois s'engagèrent pour la Corée; 2636 d'entre eux participèrent aux combats.
2801 volontaires belges et luxembourgeois contractèrent un seul engagement, 352 le firent deux fois et 18 trois fois.



Leur béret fièrement porté durant cette guerre sera adopté par de nombreux régiments belges lorsque le BUNC fut dissout

Le bataillon belgo-luxembourgeois dans lequel furent incorporés de nombreux soldats sud-coréens a subi les pertes suivantes :
Tombés au champ  d'honneur :

Morts au combat :

101 belges,
BARDIAUX R.J - BEAUPREZ P. - BIRON A.H - BOGAERTS F. - BOSMANS D. - BOVING E. - BRAECKMAN C. - BROECKX J - BURNIAUX J.J. - CABUY F. - CAESTEKER M. -  CANTARELLA A. - CASIER J. CAUDRON C. - CHIRY J. - CLAES A. - CLAESEN F. - CLAEYS P. - COMPTARD C. - COPPENS J.C - CORNETTE R. - DEBLANGER O. - DECKERS  G. - DEFRAINE A. - DEGAND A. - DE GEEST G. - DEGROOT C. - DEGROOTE L. - de HALLEUX J. - DE KOSTER R. - DELEN J.B. - DE MOL O. - DENYS W. - DEPREE J. DEVOS O. - DIERCKX A. - DOLL J. -DUMONT L. - FETRO O. - FRERE L. - GOBERT G. - GENNAERT R - GOETHALS G - GOUBET P. - GUILMOT A. - HENDRICKX F.C. - HENROT L. - JANSSENS H. - JASPAERT M. - JONET J.M. - KELLENS E. - KLAUSING R. - LEEMANS K. - LELANGUE A. - LEMAIRE R. - LEMOUCHE G - LESUISSE C. - LIEKENS L. - LOQUET J. - MAES R. - MAGNIN E. - MASSET A - MISEREZ R. - MOND E.L -  MOTTART E. - NAUTS  M. - PARIS W. - PAUMEN A. - PIERAR A. - PIETERS  M. - POSWICK F. - RENSONNET D. -  ROOKS  M. - ROTSAERT M. - ROTTIERS F. - SCHELFHOUT R. - SCHMETS T. - SCHOENMAEKERS L. - SCHOUTERDEN C. - STAEL J. - STAES A. -TERDEUSE A. - THOMAS R. -  VAMECQ E. - VAN DE MERLEN K. - VAN DE PUTTE R. - VAN DER PERRE J. - VAN DRIESSCHE W. - VAN PUYENBROECK A. - VAN WOENSEL A. - VERBERNE  F. - VERDONCK G. - VEREECKE R. - VERHEYDEN J.P. - VERLEYEN W. - VERSCHRAEGEN L. - VERYSER H. - VIFQUIN A. - WANET B. - WATRISSE J. - WATTIEZ F.

2 luxembourgeois
MORES R. - STUTZ R.
9 sud-coréens attachés au contingent belge
CHANG BO HWAN - IM UNG YONG - KIM CHAN YUNG - KIM SUK JUN - IM YUNG - SONG IL DONG - CHA YONG HWAN - KIM KUY YUNG - KIM HOYN

Portés disparus : 5 belges
de DURAND de PREMOREL H - DE WINTER W - GAILLY P. - TRESINIE V. - VAN DEN BOSSCHE A.

Blessés : 478 belges et 17 luxembourgeois
2 belges décédèrent dans les camps de prisonniers de guerre nord-coréens

Les décorés et victimes de Corée

Citation CoréeCitation USA Son drapeau - Ses citations

Le drapeau  porte en lettres d'or les six citations suivantes :
une coréenne , une américain, quatre belges,
IMJIN: Bataille de l'Imjin du 22 au 26 avril 1951;
HAKTANG-NI: Combats du 10 au 13 octobre 1951
CHATKOL: Combats de mars-avril 1953
CORÉE-KOREA:31 janvier 1951-27 juillet 1953.
Ces quatre citations  valurent au drapeau l'octroi de la fourragère de l'Ordre de Léopold. 
La "Croix d'Honneur et du Mérite Militaire en vermeil
attribuée au drapeau  par le Gouvernement du Grand-duché du Luxembourg lui a été remise le 27 mai 1994

Après son retour en Belgique -en juillet 1955- le Corps de Volontaires belges pour la Corée fut dissous.
Son drapeau fut remis au
3e bataillon Parachutistes qui en assume les traditions.

Drapeau du BUNC belge

Monument au BUNC en Corée

Pendant les hostilités, le Corps belgo-luxembourgeois des Volontaires pour la Corée a obtenu six citations : quatre belges et deux étrangères- une américaine et une coréenne - pour les combats de l'Imjin, Haktang-Ni et Chatkol et pour la campagne de Corée.
Le Corps des Volontaires de Corée fut honoré de 2 Presidential Unit Citation Sud-Coréenne et d'une Presidential Unit Citation américaine.

Génaral Van Fleet
Le Bataillon belge et le Détachement luxembourgeois des forces des Nations-Unies en Corée est cité pour l'accomplissement exceptionnel de ses missions et pour son héroïsme remarquable dans son action contre l'ennemi sur l'Imjin, près de Hantangang, en Corée, pendant la période du 20 au 26 avril 1951.
Le Bataillon belge et le Détachement luxembourgeois, l'une des plus petites unités des Nations-Unies en Corée a infligé à l'ennemi des pertes trente fois supérieures aux siennes par ses actions agressives et courageuses contre les communistes chinois.
Durant cette période, des forces ennemies considérables, appuyées par le feu des mitrailleuses, des mortiers et de l'artillerie, menèrent des assauts furieux et répétés contre les positions tenues par le bataillon, mais les Belges et le détachement luxembourgeois repoussèrent vaillamment et continuellement ces attaques fanatiques en infligeant des pertes considérables aux troupes ennemies…
Le courage extraordinaire montré par les membres de l'unité au cours de cette période fait rejaillir un grand honneur sur leur pays et sur eux-mêmes.

Sur ordre du général Van Fleet.


Citation à l'ordre du jour de l'Armée belge

Article 1 : - Le Corps de Volontaires pour la Corée est cité à l'Ordre du Jour de l'Armée pour :
" Installé en base de patrouilles, complètement isolé à 3 kilomètres devant des lignes des NATIONS-UNIES,  sur les collines surnommées " BROKEN ARROW  à HAKTANG-NI (Corée) le  corps de Volontaires pour la Corée a résisté héroïquement au cours des journées des 11 au 13 octobre 1951 aux assauts répétés de troupes chinoises très supérieures en nombre. Malgré son effectif réduit, a réussi, après trois jours de durs combats, à maintenir sa position intacte en infligeant à l'ennemi des pertes sévères"
   " Cette citation entraîne l' inscription " HAKTANG-NI (COREE) " sur le drapeau de cette unité."

Article 2 : - La fourragère 1940 est attribuée au drapeau du Corps  de Volontaires pour la Corée, qui a déjà fait l'objet d'une première citation à l'Ordre du jour de l'Armée, par arrêté  n° 447 du 4 janvier 1952.

Article 3 - Notre Ministre de la  Défense Nationale est chargé de l'exécution du présent arrêté.

Donné à Bruxelles, le 25 juin 1953




Signé
BAUDOUIN


Kim Dae jung ( Prix Nobel 2000 de la Paix)

A tous les vétérans Belges

    Le 25 juin 2000

A l'occasion du 50ème anniversaire du déclenchement de la Guerre  de Corée, je voudrais vous exprimer toute ma gratitude pour votre noble contribution à la défense de la République de Corée et pour les efforts que vous avez accomplis pour préserver la démocratie et la liberté à travers le monde. En même temps, je tiens à rendre un hommage respectueux à tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour ces valeurs inestimables.

Nous, les Coréens avons gardé en mémoire, la force de conviction, le courage et les sacrifices dont vous avez fait preuve pour nous permettre de rester une nation libre et démocratique.
Aujourd'hui, les idéaux de la démocratie, pour lesquels vous vous êtes si généreusement sacrifiés il y a cinquante ans, sont avec le millénaire qui commence, devenus des valeurs universelles.

Un demi siècle après la Guerre de Corée, nous souhaitons vous honorer et réaffirmer l'amitié et l'alliance entre nos pays, une alliance consolidée par le sang versé. Aujourd'hui, nous sommes plus que jamais résolus à oeuvrer avec détermination avec toutes les Nations amies pour le bien  de l'Humanité et la paix dans le monde.


Je vous remercie encore une fois pour votre noble et généreux esprit de sacrifice et vous souhaite de tout coeur santé et bonheur pour vous-même et votre famille.

KIM DAE-jung

Président de la République de Corée


courrier du BUNC en 1953FRATERNELLE ROYALE DU CORPS DE VOLONTAIRES POUR LA CORÉE (F.R.C.V.C.) asbl Bureau national F.R.C.V.C, Quartier Reine Elisabeth, 
Gp MP - Bloc 10 - Local 22,Rue d'Evere, 1, 1140 Bruxelles
Dhr.Julien Van Cauwelaert - Nationaal Voorzitter- Président national
Dhr.Gaëtan de Buck - Ondervoorzitter- Vice-Président
Dhr.Marc Watté Ondervoorzitter a.i- Vice-Président a.i
Dhr.Jean VAN CANEGHEM -Nationaal Secretaris- Secrétaire national
E-mail :
jean.vancaneghem@pi.be 011-347.611
Dhr. Fernand F. CUMPS -Nationaal Penningmeester- Trésorier national
E-mail :
fernand.cumps@belgacom.net 016-447.659
Porte-drapeau : Dhr Albert De Wever

www.belgian-volunteercorps-korea.be -- Les bérets bruns
http://paramicalebelge.e-monsite.com/pages/padre-sas-53.html
Les témoignages des vétérans en vidéo: http://www.warveteranstv.be/fr/videotheque/regardez-les-temoignages/coree

Le Musée de l'Armée a également édité un ouvrage sur le sujet: http://www.klm-mra.be/klm-new/koreabook/fr/
Le Musée royal de l’Armée et d’Histore militaire à Bruxelles ( http://www.klm-mra.be).Le livre est publié en couleurs avec une couverture souple. Format: 22 x 28 cm, 200 pages.
ISBN : 2-87051-050-0 -- Dépôt Légal : 2010/0935/5 -- Prix: € 25,-- hors port et emballage.
Commander ?
Par courrier : à l’attention de Monsieur P. Van Nieuwenborgh, Parc du Cinquantenaire 3, 1000 Bruxelles
par courriel :
infocom@klm-mra.be ou par fax : +32 (0)2 737 78 02.

Sources F.R.C.V.C., CLHAM, Musée Royal de l'Armée, le Bataillon belge en Corée

En 1951,

Le 16 juillet 1951, Léopold III constate l'impossibilité de réconcilier les Belges autour de sa personne,
et décide de renoncer au trône de Belgique au profit de son fils le prince royal Baudouin qui, dès le lendemain, devient le cinquième roi des Belges.

Le Roi Leopold III abdqique en faveur de son fils BaudouinDISCOURS D’ABDICATION
Prononcé par le Roi Léopold III, le 16 juillet 1951.

Mesdames, Messieurs,

Le 31 juillet 1950, afin de ramener la concorde dans le Pays, j'ai accepté que l'exercice des pouvoirs royaux fût confié à mon fils; ma volonté était de renoncer définitivement au Trône si le ralliement de tous les Belges se réalisait autour du prince Baudouin.
Je considère que ce ralliement est acquis.
C'est pourquoi, j'ai pris la décision d'abdiquer en ce jour.

Je m'y suis résolu avec l'unique souci de sauvegarder l'unité du Pays et de servir l'institution monarchique que le Congrès national, en 1831, a mise à la base de notre Constitution.
Je vous ai réunis parce que l'intérêt national comme la stabilité de la Dynastie exigent que ma décision de mettre fin à mon règne s'accompagne d’une manifestation solennelle de concorde.

Je ne parlerai pas du passé.

Mais mon devoir de Souverain m'impose, en ce dernier moment de mon règne, de rendre un vibrant hommage aux vertus militaires et civiques dont le peuple belge a fait preuve au cours des heures dramatiques et cruelles qu'il a traversées.
Justice ne lui a pas toujours été rendue.

J'affirme qu'en 1940, l'armée a vaillamment combattu jusqu'à l'extrême limite de la résistance et que la population, sous l'occupation ennemie, a témoigné dignement de ses vertus traditionnelles d'endurance, de courage et de patriotisme.

Je salue la mémoire de ceux qui ont fait au Pays le sacrifice de leur vie.

Mon cher Baudouin, c'est avec fierté que je te transmets la noble et lourde mission de porter désormais la Couronne d'une Belgique demeurée, malgré la plus terrible des guerres et les bouleversements qui l'ont suivie, territorialement et moralement intacte, libre, et fidèle à ses traditions.

Cette mission, tu l'exerceras avec la volonté de servir ton Pays et de continuer l'œuvre de la Dynastie, en te conformant ainsi aux principes que je t'ai inculqués. Ces principes, je les ai, reçus moi-même de mon Père, le roi Albert; ils ont toujours inspiré mon attitude au cours des dures années d'un règne que je laisse à l'Histoire le soin de juger.

La sympathie et la confiance avec lesquelles la population, tout entière t'a accueilli, me permettent de déposer définitivement les pouvoirs royaux sans appréhension pourl'avenir et avec la conscience du devoir accompli.

Mesdames, Messieurs,
Je suis convaincu que vous soutiendrez mon fils avec abnégation et loyauté dans l'accomplissement de sa tâche constitutionnelle.
N'oublions jamais qu'elle comporte le maintien de l'indépendance nationale et de l'intégrité territoriale de la Belgique et du Congo belge.

Mes chers compatriotes,
Au moment où je dépose ma charge, mes pensées ne peuvent se détacher des années que j'ai vécues au milieu de vous.
Le souvenir me restera toujours présent de l'émotion qui m'a étreint lorsque, l'an dernier, après une si longue séparation, j’ai remis le pied sur le sol de ma Patrie.

Comme vous, j'aime mon pays.

J'ai partagé vos joies comme j'ai partagé vos peines, en me tournant avec une particulière sollicitude vers les plus humbles d'entre vous.
A tous ceux qui, si nombreux, n'ont cessé de me rester fidèlement attachés, j'exprime toute ma gratitude. Je conserverai précieusement dans mon cœur le souvenir de leur affection.

Les dernières paroles que je prononce comme Roi des Belges sont pour vous rappeler avec force, mes chers compatriotes, que l'avenir de la Patrie dépend de votre solidarité nationale, et pour vous demander de vous grouper avec ferveur autour de mon fils, le roi Baudouin.

Je vous en conjure, soyez unis.

Que Dieu protège la Belgique et notre Congo !

Vidéos archives d'époque:
Prestation de serment du prince Baudouin


Le 17 juillet 1951, prestation de serment du Prince Baudouin
Le Roi Baudouin coll. M. Poelmans La prestation de serment du Roi Baudouin Le Roi Baudouin Coll. M. Poelmans

Il succède à son père
Léopold III qui abdique après de sévères troubles en Belgique.


les Tambours en 1951
Photo Mahaux (épouse Simonon) Photographe à Devant-le-Pont


le premier blason des arquebusiers,

La pierre angulaire de la compagnie est le

Serment de Fidélité,

tant à l'égard de saint Martin qu'envers les statuts qui ont unis les Arquebusiers à travers les siècles.

La gilde des Francs Arquebusiers se caractérise également par l'esprit de convivialité qui anime tous ses membres,
esprit générateur d'enthousiasme qui a permis de nombreuses réalisations,
ainsi que pendant longtemps par le beau temps exceptionnel lors des fêtes de juillet.

Le soleil omniprésent, à quelques exceptions, donna naissance à l'adage:
" Si tu veux du beau temps ... viens marcher dans les Francs..."
les autres compagnies visétoises n'étant pas toujours dotées de cette chance

En 1955

photo de la compagnie au local dans ce qui deviendra le musée
cliquer pour agrandir
Emile Delhet L.Cordy,M Delvaux F.Cerfontaine,Robert François,M. Michaux,M.Nery,H.Woolf,A.Kinet,J.Das,Verjans,M.Poelmans,M.Verjans ouverture du tir des Jeunes Francs
Concours de tir "Emile Delhet" en 1955 en souvenir de ce jeune officier, oncle du webmaster, qui se tua à moto en 1954

En 1957

photo de la compagnie au local
On compte alors à peine une trentaine d'officiers


Photo originale

1960
Etienne MichauxAlbert Jaminet

Un nouveau collier fut offert par Etienne Michaux à notre Empereur en remplacement de l'ancien qui n'avait pu être récupéré par les Francs lors de la scission de 1909.

Ce collier d'argent massif date du 16e siècle et porte en médaillon central notre patron saint Martin et un papegai à son extrémité.

Il s'agit d'un collier de gilde datant du 16e siècle, qui fut recherché et trouvé par Albert Jaminet,
collectionneur et numismate averti qui pour sa part a offert sa collection d'armes au musée des Francs Arquebusiers ainsi qu'à celui de la Ville de Visé.

Ce collier fut restauré par Josy Deliège vers 1985 et rehaussé d'or (vermeil) à certains endroits par le conservateur du musée M. Poelmans

blason des de Jamine / Jaminet
de Jamine
Jaminet

saint Martin, collier du 16e siècle argent et vermeil porté par l'empereur des Francs Arquebusiers de Visé

médaillon central du collier d'argent
saint Martin partageant son manteau


cliquer pour agrandir

le collier des arquebusiers de Visé

Le 3 juillet 1960

une nouvelle statue de saint Martin fut inaugurée
Elle remplaçait les statues anciennes perdues en 1910 et détruites en 1914
Notre saint patron retrouvait enfin sa place dans les rangs

Cette statue est l'oeuvre de deux artistes liégeois;
Vandesandt, sculpteur et Poisinger, peintre, professeurs aux Beaux Arts de Liège.

La cérémonie se passe devant la chapelle de Lorette.
Albert Jaminet, visétois passionné par les arquebusiers et l'histoire de sa ville, offrit sa collection d'armes aux Francs, permettant la création du musée, et trouva le collier du 16e siècle porté par notre empereur
Il fit aussi des recherches pour l'élaboration de la statue dont une ébauche en plâtre se trouve au musée des Francs Arquebusiers.
C'est lui qui est représenté par le pauvre auquel l'artiste a donné son visage.


Le Cortège avec St Martin toujours voilé et les drapeaux non déployés, au-dessus de la Rue du Perron
la bénédiction de St Martin en 1960, abbé Simonon,André Charlier, Michel Van Valster, Albert Jaminet.doc M. Poelmans dessin original de Poisinger Bénédiction de la statue de St Martin en 1960 doc M. Poelmans
L'abbé Simonon,
Au fond Albert Jaminet,
et portant les drapeaux André Charlier et Michel Van Calster
Le Capitaine Commandant Hubert George
à gauche de l'Abbé Simonon,et au fond
Albert Jaminet
1960

La Compagnie Royale des Anciens Arbalétriers de Visé fête son 650e anniversaire

A cette occasion, elle offre à la ville un perron, symbole des libertés, qui sera placé à peu près à l'endroit où l'ancien perron existait.
Il reproduit les armoiries de la ville et celles des différentes compagnies visétoises.
Dans les fondations, se trouve scellé un parchemin portant les signatures des dignitaires de la gilde.
C'est un ensemble monumental composé d'une dalle portée par quatre piliers sur lesquels on retrouve sculptées les armoiries des gildes et de la ville, le haut est composé de trois degrés supportant une colonne surmontée d'une pomme de pin et d'une croix qui sont les symboles du perron d'autrefois et qui font partie des armoiries de la ville.

En Principauté de Liège, le perron fut le lieu où les lois et les règlements devaient avoir été proclamés en public pour être appliqués.
C'est devant lui qu'officiaient les crieurs publics.
C'était le "cri du perron".
Il était ainsi le symbole de l'autorité et de l'autonomie, d'abord du Prince-Évêque, puis plus tard de la ville.
Au cours du XIVe siècle, les " Bonnes Villes " (celles possédant une charte communale) de la principauté ont aussi pu ériger leur propre perron.

Le perron est le symbole de la justice du prince-évêque de Liège.
Siècle après siècle, le perron s'est aussi affirmé comme le symbole des libertés
et des métiers et d'autonomie communale sous l'ancien Régime.
C'est un pilori devant lequel on rendait la justice, on promulguait les règlements, les mandements et les édits, on publiait les prix, on proclamait les bannissements, etc…
Souvent un chène sous lequel on rendait justice était placé devant lui

Il est constitué d'une colonne sur un socle de plusieurs degrés, surmontée d'une pomme de pin et d'une croix.
L'origine en est obscure et probablement païenne.

Le perron de Visé

Etabli dès le 12e siècle à Visé c'était un des plus anciens de la Principauté de Liège et contemporain de celui de la capitale.

Etabli sur la place du Marché, près de l'endroit actuel, il fut transféré en 1340.
L
a construction d'un encloître au profit des chanoines du Chapitre de Saint Hadelin, comprenant les alentours de la Collégiale Saint-Martinn, mais aussi la place du Marché, incita le pouvoir à le transférer plus ou moins là où se trouve aujourd'hui l'hötel de ville où il restera jusqu'en 1612.

Vint la construction de l'hôtel de ville de 1611 à 1613 qui le fit déplacer.

En 1709, on le retrouve Rue du Perron,
à l'emplacement dit "Le Tochet", là même où en 1910 les tambours-majors des Arbalétriers et des Francs-Arquebusiers se serreront la main.

Fort vétuste, il finit par disparaître au moment de la révolution française.

Boudant la fête, en signe de deuil, le local des anciens arquebusiers resta fermé toute la journée, rideaux tirés.

1963

Bénédiction du nouveau drapeau de la compagnie représentant saint Martin

Bénédiction du drapeau de St Martin. Doc. FAV

1966

Joseph Dumont succède à Léonard Cordy comme tambour-major
Hubert Albert officie comme sergent-tambour

A Joseph Dumont succédera Jean Lefebvre en 1969
La compagnie en 1970 sous la présidence de Joseph Das

Tambours :
Jean-Marie Bourdoux - Laurent Bourdoux - Alain Bourdoux - Claudy Bautil - Arthur Charlier
Jean Lefebvre tambour major
Serge Malaise - Pierrot Paternotte - André Charlier - Marcel Loly - Martin Malaise - Gérard Michiels
Assis:
François Humblet - Célestin Nizet - Léopold Lambert - Joseph Das Général-président - Simon Thonus - François Cerfontaine - Pierrot Jowa - Claude Jowa
Debouts
Emile Kinet - Alfred Kinet - Maurice Woolf - Materne Verjans - Freddy George - Martin Humblet - Francis Humblet - Jules Germeau - Etienne Michaux
Victor Michiels - Hadelin Woolf Empereur -Gérard Humblet
Robert Menten - Robert Smulders - Pierre-Yves Jowa - Roger Humblet -Hubert George capitaine commandant - Joseph Bourdoux - Nico Kinet
Au fond:
Pierrot Brouha - Joseph Thys - Roger George - Michel Van Calster - Henri Calbert - Denis Philippens - Fernand Humblet - Guillaume Charlier
Léon Charlier - François Humblet - Jean Lottin - Francis Humblet - Martin Charlier - Marcel Poelmans - Robert François


Vers le 20e siècle de 1975 à 2000


dernière mise à jour:21/03/17

Home

©Marc Poelmans
Webmaster
29 rue des écoles
4600 Visé
0495/12.29.09
contact

Disponibles à la vente
Ecus des arquebusiers et des arbalétriers de Visé
8 euros
contreplaqué de bois + sangle cuir
49 x 32 cm

 

Modèle déposé
©Marc Poelmans

 

8 euros


Jouets médiévaux en bois
29 Rue des Ecoles, B-4600 Visé


Marc Poelmans
Conseiller en Prévention - Coordinateur Sécurité Chantiers Temporaires et Mobiles (agréé AR 25/01/2001)
29 Rue des Ecoles, B-4600 Visé 0495/12.29.09

les blasons sont dessinés et placés avec l'aimable autorisation de

site officiel des Francs Arquebusiers: www.francs-arquebusiers.be